9. Entrepreneur a Montfort l'Amaury Maryna Downes: Sexologue

Artportrait : interview avec une sexologue de Montfort l'Amaury

Avec grande plaisir je vous présente Maryna. Elle est venu chez moi pour avoir des portraits professionels pour son site. Et parceque son métier est interessant, j'ai décidé de faire un blog!

1. Vous êtes une sexologue, qu'est-ce que cela signifie réellement? 

Un(e) sexologue est un(e) professionnel.le qui est qualifié.e pour aider les consultant(e.s) (hommes, femmes, couples) à ressoudre les problèmes liés à leur sexualité et même plus largement, à leur santé sexuelle. Il peut s’agir de troubles et de dysfonctions comme les troubles du désir qui sont aujourd’hui répandus chez les hommes comme chez les femmes. Ou encore, de  l’absence du plaisir lors de relations intimes voire à la présence de la douleur liée à l’activité sexuelle. Cette problématique touche d’avantage les femmes (anorgasmie, dyspareunie, vulvodynie) mais peut concerner aussi les hommes (phimosis, maladie de Lapeyronie). Tandis que chez les hommes les motifs de consultations le plus souvent sont la dysfonctionérectile ou l’ejaculation précoce. 

Selon ses compétences, un sexologue peut accompagner des personnes qui se posent des questions sur leur orientation sexuelle, leur genre, leurs pratiques sexuelles etc.

Contrairement à d’autres pays comme le Canada, en France il n’y a pas d’encadrement législatif de ce métier et de la formation qui permet d'y accéder. Différentes formations - privées ou universitaires - existent, mais une personne peut s’auto-proclamer sexologue aussi. 
Le cursus universitaire (diplôme inter-universitaire) est accessible uniquement aux médecins, sages-femmes, infirmières, psychologues cliniciens, kinésithérapeutes, pharmaciens et conseillers conjugaux.

La sexologie ne peut donc pas être le premier métier. C’est une spécialisation qui s’ajoute à un métier de base. Par exemple, je suis conseillère conjugale et psycho-sexologue. C’est à dire que je ne prescris pas de médicaments ou d'analyses et je n’ausculte pas mes consultant.e.s car je ne suis pas médecin. Je m’occupe donc de troubles ou dysfonctions qui ne sont pas organiques mais psychologiques.

Alors, une personne qui souhaite consulter un.e sexologue a intérêt de vérifier le parcours de ce dernier. 

Aujourd’hui être épanoui.e dans sa sexualité devient de plus en plus important. On parle de la santé sexuelle, qui est définie par l’organisation mondiale de la santé comme « un état de bien-être physique, mental et social dans le domaine de la sexualité. Elle requiert une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, ainsi que la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui soient sources de plaisir et sans risque, libres de toute coercition, discrimination ou violence».

Alors c’est tout à fait légitime et recommandé de se préoccuper de sa santé sexuelle et de consulter un.e sexologue quand la personne yrencontre des problèmes. 

2. Est-ce difficile pour les gens de faire appel à un sexologue? Ce n'est pas quelque chose que l’on partage facilement. "J'ai rendez-vous chez le coiffeur cet après-midi" -est plus facile à partager avec vos amis.

Je pense que cela n’est pas évident. Il faut d’abord admettre qu’un problème existe ce qui n’est pas facile en soi. Puis trouver un(e) spécialiste et franchir la porte du cabinet, livrer ses expériences et ressentis intimes. 

Donc oui, je pense que c’est difficile et malheureusement j’en souffre aussi car assez souvent les gens se mobilisent, prennent un RDV mais à l’heure due face-à-face... ils n’osent pas venir. Ces désistements de dernière minute sont pénibles pour mon activité et découragent les consultant.e.s.

Artportrait Photographe Yvelines des portraits
Maryna Downes

3. Comment cela fonctionne-t-il lorsque vous êtes interrogée sur votre travail en privé lors de fêtes? Quand on parle travail avec un avocat, ou un jardinier pour demander des conseils, c'est différent n’est-ce pas? Mais peut-être qu'avec un verre de vin  les gens deviennent curieux et ils posent des questions. 

Je suis fière de mes métiers et de ce que je fais. J’aime l’idée que je peux aider les gens de se sentir mieux, de se sortir des schémas défaillants, de renouer avec leur corps, avec leur partenaire, avec leur sensualité; de retrouver le plaisir et l’épanouissement dans des échanges relationnels et sexuels. 
Alors je ne suis pas gênée de parler de ce que je fais. Mais comme tout professionnel.le je le suis au travail. A table avec mes ami.e.s je suis une personne qui n’est pas entièrement définie par son activité professionnelle. J’ai d’autres centres d’intérêt et j’aime écouter les gens.
D’ailleurs assez souvent quand j’annonce mon métier les gens restent un peu « surpris » et neme questionnent pas plus. Cela s’explique par le fait que peu importe notre âge, statut conjugal, occupations, nous avons tous et toutes une sexualité et malgré tout c’est encore un sujet tabou. 

4. Comment êtes-vous devenue sexologue? Comment ont réagi vos connaissances?

L’immigration a été une occasion de repenser ma vie professionnelle et j’ai pris un peu de temps pour trouver ce qui me correspond.
J’ai toujours voulu être médecin et lors d’une crise conjugale j’ai découvert que le métier de sexologue existait et ce métier comprends les notions médicales, psychologiques, sociales.
J’ai eu une comme une révélation et je me suis engagée dans des formations au conseil conjugal et en psycho-sexologie. Aujourd’hui j’approfondis mes connaissances en poursuivant le Diplôme Inter-Universitaire en sexologie à la faculté de médecine à l’Université Paris 7 Diderot.

5. Est-ce que les gens pensent que vous avez une forte libido parce que vous etes sexologue?

Je pense que les gens quie souhaitent résoudre leurs problèmes cherchent plutôt quelqu’un avec un parcours convaincant et ne fantasment pas trop sur mes qualités personnelles. 
Afin d’y parvenir je fixe un cadre de consultations clair et je soigne mon image « virtuelle ». J’ai un site professionnel et une présence professionnelle sur les réseaux sociaux où je partage mes travaux ou des articles intéressants ce qui est une façon de montrer la passion pour mon métier et mon professionnalisme.
Il m’arrive assez souvent de recevoir des messages et des appels « bizarres » me demandant une consultation « plus longue que d’habitude » où la personne devrait être... punie, massée, masturbée  et autre, selon ses fantasmes. Parfois je reçois des SMS extrêmement directs et vulgaires.
Sans exception, se sont des hommes qui se permettent une telle attitude. Et cela est lié à leur éducation personnelle ou plutôt son manque, mais aussi aux normes de notre société qui pardonne facilement de tels comportements au nom de mutiques « besoins sexuels ».

6. Quelle est la chose que vous preferez dans votre travail?

J’aime le contact avec les consultants qui viennent me voir afin de trouver une ou des solutions à leur problème ou leurs problèmes. Mais c’est l’idée de pouvoir les aider dans la recherche de leurs réponses qui est la partie la plus gratifiante de mon travail.
Contrairement aux coaches je ne donne pas des réponses toutes prêtes ni des conseils directs. J’aide à la réflexion avec mes connaissances professionnelles, mais la solution appartient aux consultants ce qui la rend efficace. 

7. Y a-t-il aussi des côtés moins agréables?

Comme tout métier d’aide la sexologie et le conseil conjugal sont des métiers où on reçoit les gens, les couples, les familles qui traversent des moments difficiles. Parfois leur histoires sont impressionnantes et peuvent perturber. 
Il m’arrive aussi, comme a tout professionnel, de me sentir manipulée. 
 
Afin de ne pas se sentir surplombée par ces informations ou l’effet qu’elles ont pu produire, tout professionnel de la relation d’aide doit (à l’idéal) suivre une supervision et l’analyse de la pratique. 
 
Puis, j’ai déjà mentionné les messages désagréables et les personnes qui prennent un RDV et ne se présentent pas sans annuler ou s’excuser pour un éventuel empêchement. 
C’est extrêmement désagréable. 
photographe Yvelines, portrait professionel Montfort l'Amaury
8. Aux Pays-Bas il parait que de nombreuses jeunes filles reçoivent des photos de penis “dick-pic". Est-ce que c’est fréquent en France aussi? Comment réagir dans cette situation? 
 
Le même phénomène existe en France et, je crois, partout dans le monde. Certains hommes, un peu « trop fières » de leur sexe ne se gênent pas pour à envoyer des photos sans qu’on les demande. Trop viriles? Mal éduqués? Considérant que sur internet tout est permis? Je pense qu’il y a tout ça derrière ce flot de « dick pic » que je reçois moi aussi.
 
Je joins un article sur ce sujet où Miss France déplore le phénomène mais reste très gentille et ne dévoile pas le nom de l’auteur de ce harcèlement. 
 
 
Comment réagir face à ce comportement machiste, sexiste et violent? Je crois que chacune doit décider pour elle-même: publier la photo et le numéro de l’auteur sur un site de rencontre ou un site proposant des services d’escorte, bloquer, porter plainte, envoyer un message explicant pourquoi il ne faut pas faire cela... Il y a tant d’options.

9. Avez-vous un bon conseil pour les personnes qui profitent peu ou pas de sexe? Le sexe rend-il heureux? Son manque rend-t-il malheureux?

Si une personne n’a pas ou a peu de relations sexuelles, mais n’en souffre pas et « en profite » quand l’occasion se présente, c’est que tout va  bien pour elle. Il y a des personnes qui se disent asexuelles et n’ont pas besoin de sexe pour exprimer leurs émotions pour leur partenaire. D’autres « subliment » cette partie de leur libido en la dirigeant vers d’autres activités comme travail, sport, création. 

Si, au contraire, quelqu’un souffre de l’absence de relations sexuelles ou quand il/elle a de telles relations il/elle n’en profite pas (par ex. n’ont pas de désir ni de plaisir, ou acceptent de les avoir pour correspondre aux normes sociales, pour ne pas perdre leur partenaire ou sous une quelconque contrainte), c’est une bonne raison de se poser des questions et, peut être, d'aller chercher des réponses avec un.e professionnel.le.

La notion de souffrance personnelle serait alors la clé pour déterminer s’il s’agit d’un problème ou pas.

10. Il s'avère que les jeunes commencent à avoir des relations sexuelles beaucoup plus tard maintenant, de quoi cela vient-il?

En France l’âge moyen du premier rapport sexuel n’a pas changé depuis 30 ans: c’est 17,5 ans.
Dans cette moyenne il y a des jeunes qui ont commencé leur vie sexuelle à 12 ans et ceux qui l’ont fait à 35... 
Donc l’ère de l’internet n’a pas avancé ni reculé l'âge du premier rapport sexuel.

11.  Je n'ai jamais eu d'éducation sexuelle proprement dite à l'école, même en Hollande, ou tout est ouvert sur la sexualité. 

Quelle est votre opinion sur l'enseignement des bases et sur les choses plus intimes telles que l'orgasme? 

Est-ce que c'est quelque chose que vous devez découvrir vous-même ou est-ce aussi une chose à apprendre à l'école?

 
En tant que conseillère conjugale j’anime les séances d’éducation à la vie affective dans des établissements scolaires.
 
En France la loi prévoit 3 séances annuelles d’éducation à la vie affective et relationnelle à l’école, à partir de la primaire. C’est obligatoire mais, malheureusement, ne se fait pas car souvent ce sont les parent qui s’y opposent. Ils ont peur qu’avec les CM2 on parle de contraception alors que les sujets sont toujours adaptés à l’âge du public. En CM2 donc on peut parler de l’arrivée de la puberté, du respect de l’autre et de soi, des dangers sur Internet. 
 
Avec les 3èmes on peut parler « du sexe ». La partie anatomie ils l'apprennent en cours de SVT alors moi je préfère parler de ce qui les inquiète (porno, les pratiques, la première fois avec tous les stéréotypes qui l’entourent) et de choses qui ne sont pas abordées dans le cursus scolaire (plaisir, épanouissement, injonctions de faire comme tout le monde et leur propres ressentis, désirs, droit de dire non et consentement, l’amour, la jalousie, les violences).
 
Souvent les séances sont très courtes et nous ne pouvons pas tout aborder. Alors j’informe les jeunes qu’il existent des lieux qui ont été créés pour les accueillir avec toutes leurs questions concernant la sexualité. Ce sont des Centres de Planification et d’éducation familiale où les jeunes peuvent trouver l’information sur leur santé sexuelle, se faire prescrire leur moyens de contraception, prendre des préservatifs gratuits, faire un dépistage des maladies sexuellement transmissibles sans payer et sans être accompagné par leurs parents. Cela permets aux jeunes de gérer leur  sexualité et en devenir des acteurs principaux.
Artportrait, photographe portrait Yvelines à Montfort l'Amaury
Artportrait, photographe portrait Yvelines à Montfort l'Amaury
Pour finir cet entretien je vous remercie, Claudine, pour ces questions pertinentes qui m’ont permis de parler de mon métier qui reste peu connu. 
 
Pour plus d’information vous et vos lecteurs peuvent me suivre sur:

Reactie schrijven

Commentaren: 0

Yvelines

Artportrait , spécialiste de Portraits d'Art ,Yvelines

Les images énigmatique de Claudine Grin d’Artportrait sont intriguant et ressemblent à des peintures d’anciens peintres Néerlandaise.

Ce ne sera pas une coïncidence car Claudine est également Néerlandaise.

Les belles compositions, avec des couleurs ternes, permettent au spectateur de circuler dans l’apparence accrocheuse des modèles.
Un sentiment d’intimité et de nostalgie parle à travers son art.

Artportrait  Photographe Yvelines



Photographe Portrait Yvelines, spécialiste portrait Yvelines, photographe publicité Yvelines, Photographe Yvelines, photo Yvelines, portrait Yvelines, photographe Montfort l'Amaury, photographe Méré, Photographie Yvelines, photo portraitist, portraitiste